CENTRE AROMAYURVEDA - Transformation, Bien-être et Conscience
St. Francis (The Lost World)
Michael Stearns
Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.









Aux origines du bien être, l'inde ancienne Ayurveda 2007 Cliquez sur le titre pour découvrir ce merveilleux reportage sur les origines de l'Ayurveda ......










Origine de l'Ayurveda« Ayur » signifie « vie » ou « force vitale », « veda » signifie connaissance. « Ayurveda » signifie donc « la connaissance de la vie », « vie » étant pris dans un sens très large, non seulement d'élan vital et de vie biologique mais aussi d'une vie plus haute, l'ouverture à un état d'être plus élevé.

L'Ayurveda est une des plus anciennes médecines du monde. C'est une médecine holistique mais c'est aussi beaucoup plus qu'une médecine. C'est tout un art de vivre qui englobe le yoga, la diététique, le massage, la musicothérapie, l'astrologie, le rythme quotidien, le lien avec le cosmos, la méditation. 

L'Ayurveda tient compte des éléments physiques, émotionnels, mentaux, spirituels de la vie qui peuvent nous conduire au bien être et à l'harmonie. L'Ayurveda remonte à plus de 5000 ans et existait déjà dans la civilisation de la vallée de l'Indus. Il daterait donc de 2500 avant Jésus Christ, peut - être plus. Le dieu Brahma aurait transmis cette connaissance aux rishis à travers les Vedas, essentiellement le dernier Veda, l'Atharva Veda. La révélation donnée aux rishis daterait de 30 000 à 10 000 ans avant Jésus Christ et leur rédaction vers 1500 à 1000 avant Jésus Christ. L'Atharva contient des connaissances appartenant aux sciences physiques et occultes : astronomie et astrologie, chimie et alchimie, physique, vastushastra (science de l'habitat, l'équivalent du Feng Shui), maths, diététique et cuisine, arts martiaux, Ayurveda. On y trouve aussi des formules sacrées pour trouver le « soma », le nectar sacré d'immortalité et des charmes magiques pour lutter contre les possessions démoniaques et la maladie ou allonger la vie. 

La connaissance médicale proprement dite aurait été révélée par le dieu Indra au rishi Atreya. Les principaux traités, comme la « Charaka Samhita » auraient été rédigés entre 600 et 1000 avant Jésus Christ.

L'Ayurveda déterminait, il y a déjà 5000 ans, 8 branches médicales : médecine générale, chirurgie, ORL et ophtalmologie, toxicologie, psychiatrie, pédiatrie, gériatrie, sexologie et science de la préservation de l'énergie et des aphrodisiaques. 

L'Ayurveda est donc considéré comme un art d'origine divine. Aussi doit-il être pratiqué avec noblesse et compassion. Une légende narre l'apparition de l'Ayurveda : Dans un pays proche des Himalayas, les hommes vivaient dans un bonheur parfait, dans l'harmonie avec la Nature, entre eux et avec le Divin. Ils se nourrissaient des fruits donnés par la Nature qui appartenait à tous. Ils prélevaient juste ce dont ils avaient besoin. L'un d'entre eux, suivi par d'autres, eut envie, un jour, de manger plus que nécessaire. Il se réserva une espace personnel qu'il entoura de palissades, tomba dans un engrenage nocif : souci pour ses cultures, peur du vol, besoin d'écouler les surplus, etc... c'est ainsi que naquirent le stress, la méfiance, la jalousie, l'appétit d'avoir, la maladie physique et mentale et que les hommes se détournèrent des dieux, accaparés par leurs occupations matérielles. Des Rishis, épouvantés par la dégradation de leur pays, se retirèrent dans les Himalayas pour méditer et demander le secours des dieux. Les dieux leur révélèrent alors l'Ayurveda. 

Cette légende souligne deux éléments importants : Manger trop est nocif et la plupart des maladies trouvent leur origine dans l'intestin (ce que confirment les médecines alternatives actuelles). La maladie provient d'une dysharmonie, d'un déséquilibre dont les causes peuvent être multiples. La bonne santé est équilibre, harmonie en soi même, avec le cosmos et le Divin. 

Ashoka, empereur de l'Inde entre 272 et 231 avant Jésus Christ, fonda de nombreux hôpitaux ayurvédiques. De même qu'il envoya des missionnaires bouddhistes hors de l'Inde, il envoya des praticiens ayurvédiques au Moyen Orient, en Chine, en Perse. Des praticiens ayurvédiques sont venus à Athènes et les humeurs hippocratiques doivent beaucoup aux doshas ayurvédiques. Quant à l'influence de l'Ayurveda en Chine, elle apparaît en particulier dans le diagnostic par les pouls, l'acupuncture et, sans doute, le concept des 5 éléments. On dit aussi que des envoyés indiens seraient venus jusqu'en Gaule ; d'ailleurs le mot « druide » vient d'une racine sanscrite qui signifie « profond, essentiel » et de « vid », même racine que « veda » qui a donné en grec « oida «, savoir et en latin «video ». « Druide » se rattache aussi au grec « drus », l'arbre, le chêne. Les praticiens ayurvédiques restaient liés aux maîtres restés en Inde et se connectaient à eux par télépathie.

(Documents Indiens anciens de l'ayurveda)



Assistant de création de site fourni par  Vistaprint